26/06/2017

La fantastique salade de pastèque à la menthe

Il fait chaud, très chaud ! Il vous faut cette recette spéciale flemme, rafraîchissante et facile !

Trop facile
1. Choisissez une jolie petite pastèque sans pépins.

2. Ouvrez avec un grand couteau le tiers supérieur. Evidez la pastèque en petites billes à la cuillère parisienne ou à la cuillère à café.

3. Dans un grand saladier, mélangez les billes avec les graines d'une grenade, un doigt de gingembre et trois brins de menthe hachés.

4. Remettez le tout dans la pastèque, couvrez avec le chapeau découpé précédemment et laissez au frais 1 heure au moins.

Si vous ne trouvez pas de grenade, remplacez par du pamplemousse rose.

Que des avantages
- Pas besoin de sucre si les fruits sont mûrs.
- Pas besoin de saladier pour le service. Le fruit refermé se transporte facilement dans un sac sur les lieux de pique-nique.
- Si vous vous sentez l'âme d'un sculpteur, vous pouvez graver des motifs ou un message dans l'épaisseur de la peau du chapeau.
- Vous pouvez aussi y planter des bougies d'anniversaire. C'est bien plus original qu'un gâteau !

Et pour savoir comment une pastèque peut remplacer une cocotte-minute, voir le tutoriel d'une mamie indienne de 106 ans ici (clic) !

17/03/2017

Actu : du cacao en agroforesterie

Marisol Najarro, directrice du projet Forestera au Pérou
 
Découvrez une filière originale : le « tree to bar » (de l’arbre à la tablette). Il s’agit de mener des plantations de cacao en agroforesterie, respectueuse des sols et des hommes, et de vendre les fèves en circuit équitable. Le tout porté par un financement original auquel vous pouvez participer !
Pour en savoir plus, allez donc lire mon article sur le blog du Club CACAO, le seul club d'amateurs de chocolat à effectuer des dégustations à l'aveugle (je suis membre fondateur). C'est Ici (clic !)

08/02/2017

Actu : Les nouvelles filières équitables du chocolat

Vive les circuits courts ! Le monde du chocolat n'est pas en reste avec la tendance bean to bar (de la fève à la tablette). Certains artisans créent même des circuits plus courts que court, sans courtier pour sélectionner les fèves ! A la Reine Astrid (Paris), Christophe Bertrand propose depuis peu un pure origine Cameroun grâce à une productrice de fèves rencontrée… sur Facebook ! 
Pour en savoir plus sur cette aventure, allez donc lire mon article sur le blog du Club Cacao (je suis membre fondateur). C'est ici (clic) !

Chocolat A la Reine Astrid pure origine Cameroun, 6 euros la tablette de 100 g.
À la reine Astrid 70, avenue de la Grande-Armée, 75017 Paris Tél. 09 83 63 55 63

27/01/2017

Délice du mois : le jus de yuzu

Que ferais-je sans mes amies ? Leur curiosité sans bornes, leur générosité sans pareille ? Après la purée de piments végétariens de Virginie, voilà le jus de yuzu de Nathalie. Comme je suis gâtée !
  

Yuzu, qui es-tu ? Nathalie est mon fournisseur officiel de yuzu. Il y a quelques années, elle a été jusqu'au Japon pour m'en rapporter des frais* ! Grâce à elle, je sais à quoi ressemble cet hybride de mandarine sauvage. C'est peu de dire que le jus frais est aromatique. La première acidité se tempère d'une note plus ronde, quand le zeste met illico l'eau à la bouche.

Yuzu vert, idéal sur les poissons

Le yuzu de Shikoku. Le meilleur des meilleurs vient de Kito, à Shikoku, la plus petite et la plus préservée des grandes îles du Japon. C'est la provenance du jus en bouteille. Pour expliquer par le menu toutes les qualités de ce produit rare, l'épicerie café Umami a édité un ravissant livret et en expose les photos. Vous pourrez découvrir les pressoirs manuels en bois de cèdre, les gestes de la récolte, les yeux malicieux de l'initiateur de cette culture, le vénérable Kaname San.

Que faire avec le jus de yuzu ? Mon premier réflexe a été d'en asperger un filet de saumon en une marinade éclair. Un tout petit peu d'aneth, quelques cristaux de sucre et de fleur de sel : c'est parfait. Surtout pas de sauce soja tonitruante. Le subtil équilibre des saveurs n'y survit pas.
Le jus de yuzu jaune est aussi conseillé sur une viande rouge persillée, ou dans le riz des sushis, en remplacement du vinaigre sucré.

Saumon mariné au jus de yuzu et aneth

Un condiment trois étoiles. Pascal Barbot, le chef triple étoilé de L'Astrance à Paris, fan d'agrumes, en fait un condiment au piment. Agar-agar, jus de yuzu, petits piments secs et purée de piment prennent en gelée. Celle-ci est hachée et mixée avec des écorces de yuzu confit au sirop, de la gelée de piment d'Espelette. Enfin, détente au jus de yuzu et émulsion à l'huile d'olive. Puissant !

Un bain de jouvence. Au Japon, au solstice d'hiver, la tradition veut que l'on prenne un bain infusé de fruits frais de yuzu. Mais étant donné la rareté de la denrée, je prélève d'abord le zeste et le jus. Que reste-t-il alors ? Encore beaucoup de parfum, n'ayez crainte !

Où en trouver ?
Epicerie café Umami 22 rue Béranger 75003 Paris
Jus de yuzu 100 ml pressé à la main : 10 € sur l'e-shop. Livraison gratuite à partir de 85 €.
Anne Jeandet-Feneau expose un remarquable reportage sur le yuzu de Kito jusqu'au 29 janvier 2017 à l'Umami Matcha Café (même adresse) du mardi au vendredi 9h à 19h – samedi et dimanche 10h à 19h. Fermé le lundi.

Un épisode relaté ici sur le blog.

04/01/2017

Délice du mois : le pomelo chinois

Un "honey pomelo" dans son filet

Qu'est-ce que c'est dans ce filet ? Un pamplemousse ? Une énorme poire ? Réponse : un pomelo chinois*, Citrus maxima de variété "honey", pour les botanistes. Sa pulpe sans une once d'acidité éclate sous la dent et ravive vos salades, qu'elles soient de fruits ou de légumes.


Où acheter un pomelo chinois ? Dans les grandes surfaces ou les primeurs asiatiques, avec les agrumes, vous avez sûrement déjà remarqué ce fruit sous la double protection d'un film plastique et d'un filet à poignée. Un accessoire bien pratique pour le saisir. En effet, il pèse souvent plus de un kilo et possède les mensurations d'un melon jaune. 
Les variétés "pink" et "chandler", à écorce rose ou rouge, ont les mêmes qualités. En revanche, réservez le "tahiti", bien acide, aux préparations cuites, avec poissons et crustacés.

Comment choisir son pomelo chinois ? Comme tous les agrumes, certains spécimens se révèlent secs une fois ouverts. Une peau souple témoigne d'une bonne maturation.

Comment découper le pomelo chinois ? Coupez-le en quartiers, arrachez l'écorce jaune très épaisse puis pelez à vif, en enlevant toutes les peaux, avec les doigts puis au couteau.


Comment préparer le pomelo chinois ? Bonne nouvelle, ce pomelo n'a pratiquement pas de pépins, ou si petits qu'on peut les laisser ! La pulpe, très dessinée, est très esthétique dans les assiettes. Elle résiste un peu sous la dent, ce qui apporte du croquant et du juteux. On peut facilement, au choix, la trancher au couteau ou l'effilocher.


En apéritif, je le sers en mini-brochette, avec une lichette de chorizo et une olive transpercés d'un cure-dent.
En salade, je le mélange à du chou rouge, de la carotte, de la coriandre fraîche et de la courgette blanche émincés, avec une sauce réunissant vinaigre de cidre, huile de sésame grillée, moutarde en grains, échalote, citronnelle, sel et poivre.
Si vous n'avez ni coriandre ni citronnelle fraîches, utilisez quelques gouttes de leur huile essentielle (voir mon post ici). D'autres idées avec la citronnelle ici.


Pour conclure, ce pomelo a quand même un défaut : son bilan carbone, avec tout cet emballage et sa provenance lointaine ! 
En Chine, on le déguste traditionnellement à la fête de la lune pleine de la mi-automne, avec les "gâteaux de lune" ronds.

2,50 € environ, de novembre à mars.

* Dans tous les supermarchés, ce pamplemousse est incorrectement qualifié de pomelo. Comme c'est la dénomination la plus courante, je l'ai adoptée.
 
Merci à Liang pour le prêt de son poème calligraphié en décor de la photo !

14/10/2016

Délice du mois : le piment végétarien


Qu'il est mignon celui-là ! On pourrait s'en faire des boucles d'oreille ! Et question saveur, il relève sans brûler jusqu'au plus anodin légume. D'où son nom aux Antilles : piment végétarien.

Doux noms. Il est si suave en bouche qu'on peut le croquer sans peur. Cette variété en goutte d'eau est la plus sucrée. Il se nomme aussi poivron du Pérou ou biquinho "petit-bec" au Brésil. L'autre obtention, de forme allongée, est moins sucrée et moins jolie.

Purée ! On peut l'acheter mixé en bocaux. Et là, l'addiction guette. Rien que la couleur met de bonne humeur. A la maison, on ne jure plus que par lui. Les pots de moutarde, fine ou ancienne, restent à sécher dans le réfrigérateur !

Merci à Virginie, l'amie par qui tout a commencé, avec ce pot offert de retour de Guadeloupe. Eh oui, je n'ai pas pu résister à piocher dedans avant la photo !

- En trouver en région parisienne :
TropicMarché - 2, rue du Moutier - 93400 Saint-Ouen - 01.40.11.78.53
- Graines à semer, sous serre ou véranda en hiver sous nos latitudes :
 Kokopelli ici (clic !)         

16/09/2016

Les aventuriers du potager : la joie des récoltes

Après la magie des semis (quand ils lèvent), voilà, après beaucoup de soins et de patience, le temps béni des récoltes !

Les semis du printemps (à lire ici) ont plus ou  moins bien fonctionné une fois repiqués en pleine terre. La dizaine de plans de melon qui me faisait rêver d'une récolte record ont été rasés par une colonie de voraces limaces.

Les coquerets du Pérou (physalis ou amour en cage) n'ont toujours pas de fleur, donc encore moins de fructification.

En revanche, l'agastache à la saveur de menthe mâtinée de réglisse s'est révélée presque envahissante. Et très décorative avec ses épis bleus qui attirent les abeilles.

Idem pour les potirons Rouge vif d'Etampes, qui n'attendent plus que Cendrillon pour se transformer en soupes et gratins !

Les pâtissons ont donné toute satisfaction. Des comme ça, on n'en trouve pas facilement dans le commerce. Récoltés jeunes, les graines ne sont pas encore formées et la peau fine ne s'épluche pas. Ils se dégustent tout simplement à la vapeur pour profiter de leur petit goût d'artichaut.
 
On comprend pourquoi on appelle ces légumes "bonnet d'évêque". Pour ceux qui en ont déjà vu un...


Les tomates cerise black cherry ont survécu à la sécheresse et au mildiou. Encore un petit effort et elles seront mangées !

L'unique pied de courgettes produit un à deux fruits par jour. Heureusement qu'une seule graine a poussé. Circonférence : près de deux mètres, et c'est une variété dite "non coureuse" donc supposée d'emprise compacte !


Ce plan de poivron est un rescapé de l'an dernier. Germé en septembre 2016, il n'a pas eu le temps de fructifier avant les gelées nocturnes d'octobre. Je l'ai donc mis en pot à l'intérieur tout l'hiver, pour le replanter en mai 2017. Je suis têtue parfois.

L'artichaut a continué sa maturation pendant nos vacances, nous rappelant que ce légume est en fait le bouton d'une magnifique fleur !

09/09/2016

Délice du mois : la courgette

La courgette, c'est fade et plein d'eau ? Que nenni !Blanches, jaunes ou vertes, elles peuvent nous en faire voir de toutes les couleurs ! Un légume de saison à redécouvrir de toute urgence en version bio.

Avec mon Amap (voir le post précédent), j'ai de belles courgettes bio. Sur ce légume en particulier, la différence avec l'agriculture conventionnelle est très perceptible. Croquantes, fruitées, sans une once d'amertume, elles perdent très peu d'eau à la cuisson.

A dévorer tout cru. Leur peau est fine et dépourvue de pesticides. Alors pas d'épluchage !
- Râpée finement, la courgette s'accommode d'une vinaigrette ou d'un mélange d'huile d'olive et de jus de citron.
- Détaillée en lanières à l’Économe, elle fait son petit effet dans les salades composées.
- En lanières puis roulée en bouchées avec du fromage frais, des herbes et du jambon, elle fait fureur à l'apéro.
- Dans les smoothies et les jus, elle apporte du velouté.

Cuit cuit. Farcie, vapeur, en gratin, en ratatouille ou dans les cakes, elle sait tout faire. Elle excelle aussi dans la simplicité
- en rondelles, à l’huile d’olive, avec une pointe d’ail et de thym, trempée dans la farine pour la faire croustiller. 5 minutes de cuisson suffisent.
- en tian, en compagnie de tomates, ou en tarte sur une pâte brisée ou feuilletée, juste arrosée d'huile d'olive, poudrée de sel, de poivre et d'herbes de Provence.
- sur les pizzas, en rondelles bien fines. Impossible à faire avec celles du commerce qui se comportent comme de molles éponges.

Elle a eu un peu chaud, cette tarte !

Zoat* alors ! On peut vraiment tout faire avec elle, même un petit déjeuner. Ces temps-ci, les Américains soucieux de leur forme mangent les courgettes (zucchinis) râpées très finement, cuites minute avec des œufs brouillés. Le résultat ressemble à un gloubi-boulga, ou au mieux à une bouillie d'avoine (oat).
*Z(ucchinis) + oat = Zoat.

Les nutritionnistes plébiscitent ce vrai repas protéiné, peu gras et pas sucré. Sauf dans cette déclinaison très populaire qui inclut du chocolat...


Reste à savoir si c'est bon... Personnellement, ça ne me tente pas beaucoup. Qui osera la dégustation ? Et divulguera ses conclusions ici même ?
Voir un article ici (clic !) sur le zoat et ses multiples déclinaisons (en anglais mais avec plein de photos)

03/09/2016

Une Amap dans mon village

 

Cette année, j'ai participé à la création d'une Amap dans mon village. Ces "Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne" proposent des légumes et d'autres produits en circuit court, dans le respect des hommes et de la planète.

En pleine crise agricole, c'est un modèle qui fonctionne plutôt bien, satisfaisant pour les producteurs comme pour les Amapiens. Les premiers ont leur production payée d'avance à juste prix par un système d'abonnement. Les seconds bénéficient de savoureux produits de saison récoltés la veille, le plus souvent bio, et à prix raisonnable.

Chaque semaine, on partage !
 
Bien sûr, le modèle associatif exige de donner un peu de son temps pour le fonctionnement de la structure et les partages de récolte. Moins une corvée qu'un bon moment de convivialité au final.

On en voit de toutes les couleurs !
 
Personnellement, j'ai consacré du temps à ce que je sais faire : écrire sur la nourriture et structurer des supports de communication gratuits. J'ai donc fait pousser un site Internet et un blog dont bien sûr, les articles ont un petit air de famille avec ceux d'ici !

D'autant plus que le blog a le même hébergeur. Et comme ce dernier  ne peut enregistrer qu'un seul profil, je m'appelle désormais "Amap de Châlo-Saint-Mars" !!


 
Informations sur le réseau des Amap d'Ile-de-France : http://www.amap-idf.org

19/05/2016

Les aventuriers du potager : la magie des semis

Ce printemps glacial m'a rendu prudente. J'ai semé les plantes du sud bien au chaud à la maison.
 
Au menu : melons de race ancienne Vieille France, tomates cerise Black Cherry, coquerets du Pérou (ou physalis, souvent en décor sur les gâteaux), basilic, shiso et agastache (de beaux épis violets à la saveur de réglisse menthe).
 

 
Petite graine deviendra grande récolte. C'est bien la première fois que je me hasarde à semer des tomates ! La taille microscopique des graines ne laisse absolument pas présager de grosses récoltes. Par quelle magie ?! Et pourtant...

 
Semer n'est pas jouer. Je m'applique. J'ai acheté des poquets en fibres de coco à planter avec le plant pour ne pas écraser les jeunes racines. Je concasse un peu de charbon de bois et du marc de café au pilon. Ce mélange déposé en surface évitera l'excès d'humidité qui provoque la fonte des semis.
 
 




A gauche, les melons, à droite, les tomates. Semées le même jour, les graines ne lèvent pas toutes en même temps. Mystère de la germination !

 
Renforcer avant de planter. Après un mois de lente levée au-dessus du radiateur et de douces pulvérisations d'eau de pluie, les poquets s'acclimatent aux variations de température dans la véranda. A droite, un thermomètre hi-tech enregistre 4 °C le matin et jusqu'à 26 °C en plein midi !
Plantation en pleine terre après le 15 mai, tout risque de gelée matinale écarté.