14/05/2014

Délice du mois : les bourgeons de sapin

 Si verts, si tendres, les bourgeons des sapins de Noël replantés dans le jardin me font de l'œil cette année ! Me trotte dans la tête la réflexion du chef québécois Charles-Antoine Crête au salon Omnivore d'avril : "Le sapin, c'est le romarin du Québec". De quoi interroger mes racines provençales.


Premier essai dans une vinaigrette. Je laisse le bourgeon haché infuser dans le mélange de moutarde et de vinaigre. Verdict : bien moins fort que du romarin. Plus subtil aussi. La salade gagne en notes herbacées.

En apéro sur des œufs de poissons. Enfer et damnation, il ne reste que d'infâmes œufs de lompe dans le frigo. Mais c'est déjà très bon sur ce concombre évidé et bien croquant. À réessayer avec des œufs de saumon. Les saveurs marines se marient bien avec le côté térébenthine du sapin. Car, oui, cette essence bien est tirée du sapin !


Au four et en papillotes. Intéressante avec le poulet, étonnante avec les poissons, la pousse de sapin surpasse le thym et le romarin séchés. Mais pas les herbes de Provence du jardin !

Bienfaits pour toi ! C'est en infusion que le sapin rappelle le plus le romarin. Y compris sa petite amertume. Sachez que la tisane de sapin dégage les voies respiratoires et lutte contre certaines infections comme la cystite. Laissez bouillir cinq minutes 25 grammes de bourgeons de sapin dans un litre d'eau. Infusez 15 minutes et dégustez au fil de la journée, avec ou sans miel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire