15/11/2013

Souvenirs d'ailleurs : trattoria da Galileo à Livourne

Avec ces premiers frimas, il est bon de se souvenir qu'un jour il a fait beau et presque trop chaud... Août 2013. Sous un soleil de plomb, Livourne fait la sieste ou mange. Je choisis la seconde option en poussant par hasard la porte de cette trattoria.

Trattoria : restaurant familial et sans façons. En overdose de pizza décongelée au micro-ondes ? Osez la véritable trattoria. Celle qui sommeille un peu, dans une rue calme. Où de vénérables Italiens mangent pendant des heures. Où du bon pain, de l'huile d'olive et un véritable vinaigre de Modène vous attendent sur la table ! Pas beaucoup plus chère que les attrape-touristes, cette halte se transforme vite en un grand moment du voyage.


Cacciucco, quézaco ? Le cacciucco, c'est la spécialité de Livourne. Et la spécialité du Galileo, c'est cette sorte de bouillabaisse. Sur les murs du restaurant, de nombreuses photos montrent le chef historique préparer cette soupe pour des concours et des émissions de télévision.



Bonne étoile. Juste derrière moi, une photographie dédicacée. C'est Giuletta Masina, la muse de Fellini, l'inoubliable Gelsomina de La Strada, la Cabiria des Nuits du même nom et la Ginger de Fred... Un repas sous de tel auspices, ça ne présage que du bon.



Morue et salade. Vu la température extérieure (et un peu intérieure), je me dégonfle et n'opte pas pour la spécialité. Un plat de morue me fait de l'œil à la tablée voisine. Sous la sauce à la tomate fraîche, le poisson est nacré et feuilleté comme j'aime. La branche de romarin apporte une touche épicée et citronnée parfaite. La salade, croquante à souhaits, s'ébroue de joie sous une pluie d'huile d'olive et de vinaigre. 


Saucez sans vergogne. Le pain, déjà bien entamé pour goûter l'huile, finira exterminé pour saucer la moindre goutte égarée dans l'assiette !


Passage obligatoire au marché. C'est tout simple et c'est délicieux. Parce que chaque ingrédient est à son meilleur. Les Livournais sont de vrais gourmets qui ont le culte du bon produit. Le marché, le plus grand de Toscane, regorge de superbes récoltes, terre et mer confondus. La variété et les épices sont au rendez-vous. En effet, l'histoire de la ville a été façonnée par de nombreuses vagues d'immigration car on y jouissait de la liberté de culte dès le XVIe siècle. Arméniens, Grecs, Juifs, Hollandais on apporté avec eux un peu de leur cuisine !

Allez-y ! Livourne est desservie par les compagnies low cost. Florence et Lucques sont à une heure et quelques de train, ce qui ne gâte rien... On peut aussi prendre le ferry depuis Bastia. De belles escapades culinaires !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire