09/12/2011

Banc d'essai D & D : Le croque-monsieur idéal 2/3

Suite de la quête du croque : je vous épargne les innombrables abominables que j'ai pu rencontrer sur ma route. Je retiens juste celui-ci qui a failli tenir ses promesses... encore un effort !


Le Café du Mogador, Paris 9e
10,50 et 11,50 € rapport qualité/prix/sourire : médiocre 
Déception place de la Trinité
Alléchée par la promesse de « croques géants au pain Poilâne », je me retrouve devant deux semelles contenant une tranche de jambon blanc pour le provençal, de jambon fumé pour l’italien, mais millimétriques toutes les deux. 
C’est à la fois trop cuit et pas croustillant... Une performance !


Même pas de vraie tomate dans le provençal. À la place, on dirait une flaque de ketchup délayée à l’eau. Une des assiettes est salement ébréchée. Le serveur débordé fait ce qu’il peut et transpire dans sa belle chemise parme. Pas appétissant !


L'emplacement, à deux pas des Grands-Magasins et en plein quartier de bureaux, dispense-t-il de faire une cuisine correcte ? Oui. La preuve, c'est bondé. Triste capitale gastronomique !

Angle du 57, rue de la Chaussée-d'Antin et place de la Trinité 75009 Paris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire